Le système REPCET

Rédigé par Jaqueline - 23 décembre 2014

La mer regorge de cétacés, cependant ces derniers sont troublés par les navires commerciaux, qui empruntent désormais les mêmes passages. Cette promiscuité donne lieu à de nombreux accidents, qui mettent en péril cette espèce. Les navires sont également mis à mal lors de ces collisions.

 

C’est pour lutter contre ce phénomène, que le commandant Capoulade et le Directeur de l’Association des Souffleurs d’Ecume, Pascal Mayot, ont mis sur pied le projet REPCET.

 

Les conséquences des impacts avec les navires

 

Nous prendrons ici le cas de la Mer Méditerranée, et particulièrement du sanctuaire Pelagos. Ces eaux internationales forment un espace protégé. Cette zone est intéressante car elle offre un cadre idéal à la reproduction des différentes espèces de cétacés (baleines et dauphins notamment). Ce bassin est également un haut lieu d’activité économique. Par exemple les navires qui doivent régulièrement partir en Corse depuis Marseille passent tous par cet endroit.

 

Les collisions, plus nombreuses qu’on ne le pense, sont une menace pour le personnel navigant mais aussi pour les passagers des embarcations. Ce sont surtout les bateaux rapides qui sont concernés, les plus lents ne pâtissant pas forcément de l’intensité du choc, du fait de la vitesse à laquelle ils circulent. En cas d’accident entre un bateau et un cétacé, il arrive que ce dernier reste sur le bulbe d’étrave, son corps est alors transporté jusqu’au port. Cela entraine des problèmes sanitaires, de plus une fois arrivée il faut éliminer la dépouille, ce qui peut s’avérer très couteux pour l’entreprise concernée (jusqu’à 25 000 €). Il n’existe pas réellement de données chiffrées quant à l’impact de ces chocs, sur le développement des différentes espèces. Cependant, il est clair qu’ils ne sont pas sans effets.

 

Le système de repérage des cétacés

 

C’est en observant ces différents faits, que le système REPCET a vu le jour. REPCET est un outil collaboratif, créé pour les navires commerciaux. Il leur permet en temps réel d’échanger sur la localisation de mammifères marins. Les données transitent grâce au réseau satellitaire. Ainsi si un navire repère une baleine sur son trajet, il l’indique dans l’outil et cette information partagée avec l’ensemble du réseau permet d’éviter les collisions. Les porteurs du projet espèrent qu’un jour l’ensemble des embarcations soient pourvues de ce procédé.

 

La Méridionale a été le premier transporteur à pourvoir l’ensemble de sa flotte. Tous ses bateaux pour la Corse sont dotés de ce système.

Classé dans : Accueil - Mots clés : aucun

Les commentaires sont fermés.

Catégories

Archives

Mots clés

Derniers articles

Derniers commentaires